Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Delphine, bidouilles et balades...

  • Eclairs au chocolat Gü

    Pin it!

    A Noël dernier, j'ai reçu une carte cadeau pour me faire plaisir chez Zodio (où j'ai un peu envie de tout acheter). Quand je suis allée dépenser mes sousous, j'ai misé sur le chocolat. Dont ce livre : Le livre du chocolat par , aux éditions Marabout. Et c'est exactement le genre de bouquin qui me donne envie de tout essayer. Toutes les recettes ne sont pas illustrées mais les explications sont super accessibles et détaillées. Avec plein de petites astuces. J'en ai essayé quelques unes et je ne me suis jamais plantée. C'est pour dire. Au menu, on trouve des classiques de la pâtisserie, des créations plus originales et même des recettes salées à base de chocolat.

    IMG_20160523_145357.JPG
    C'est devenu un peu ma bible, ce bouquin. Quand j'ai envie de chocolat, c'est vers lui que je me tourne.

    Aujourd'hui, je vous propose la recette des éclairs au chocolat. Tout comme dans le livre, ou presque.

    Pâte à choux, pour 12 éclairs (mais, moi, je n'en ai que 8, je dois les faire trop gros) :

    100gr de farine - 10cl de lait - 10cl d'eau - 75gr de beurre - 1 pincée de sel - 1/2 cuillère à café de sucre en poudre - 3 œufs

    Allumer le four à 240°C - Mettre le lait à chauffer avec l'eau, le beurre, le sel et le sucre - A ébullition, retirer du feu et verser la farine - Mélanger énergiquement jusqu'à ce que la pâte se décolle des bords de la casserole - Remettre à chauffer 5 minutes en remuant constamment pour cuire la farine et dessécher la pâte - Retirer du feu - Laisser refroidir 2/3 minutes - Ajouter les œufs battus petit à petit en fouettant bien jusqu'à obtention d'une pâte lisse et souple - Avec une poche à douille et une douille de 1cm de diamètre, faire des boudins sur la plaque couverte de papier cuisson - Enfourner - Eteindre le four pour faire gonfler et sécher la pâte - Au bout de 15 minutes, rallumer le four à 160°C - Laisser cuire 15 minutes - Les éclairs doivent être bien cuits et dorés - Eteindre le four et ouvrir la porte en y laissant les éclairs quelques minutes - Sortir les éclairs du four et laisser refroidir sur une grille - Réserver jusqu'à utilisation

    Crème onctueuse au chocolat, pour 12 éclairs (mais là, pour le coup, je ne les rempli pas assez, il m'en reste toujours) :

    4 jaunes d'œufs - 50gr de sucre en poudre - 40gr de maïzena - 40cl de lait - 20cl de crème liquide - 275gr de chocolat pâtissier

    Battre les jaunes d'œufs avec le sucre - Ajouter la maïzena et un peu de lait (l'équivalent de 4 cuillères à soupe) - Mettre le reste de lait et de crème dans une casserole et porter à ébullition - Verser 1/4 de ce liquide dans le mélange œufs/sucre/maïzena en fouettant - Transvaser le tout (les 2 préparations, donc) dans une casserole - Remettre sur le feu pour faire épaissir en mélangeant bien - Retirer du feu et ajouter le chocolat cassé en carrés jusqu'à ce qu'il soit fondu - Une fois fait, verser la crème dans un saladier et filmer au contact - Laisser refroidir à température ambiante et mettre au frigidaire jusqu'à utilisation (minimum 3h)

    Montage des éclairs :

    Sortir la crème du frigidaire et remuer pour l'assouplir - Faire 2 ou 3 trous dans le dessous des éclairs avec une pointe de couteau ou une douille fine - Avec une douille de 5mm de diamètre, remplir les éclairs de crème

    Glaçage des éclairs :

    Faire fondre 300gr de chocolat et napper le dessus des éclairs

    Voilà pour la recette du bouquin. Mais, comme souvent, j'ai légèrement modifié la préparation.

    Déjà, je fais les éclairs la veille au soir. Histoire qu'ils sèchent un peu durant la nuit et soient plus dociles à utiliser. Et j'utilise des moules à empreintes pour éclairs. Je triche, oui. Mais c'est le seul moyen que j'ai pour en faire des réguliers. Je prépare aussi la crème la veille. Histoire qu'elle soit bien froide pour fourrer les éclairs. Toujours pour la crème, je ne mets que 175gr voire 200gr de chocolat pâtissier. Pour moi, c'est suffisant mais chacun fait selon ses goûts, hein. Mes douilles sont un peu plus petites que celles conseillées dans le livre mais ça marche aussi très bien. Pas de panique, donc, si vous avez des douilles de 0.8 et 0.4, hein. J'avais nappé mes 1ers éclairs de chocolat fondu. Comme dit dans le livre. Mais pour mon 2ème essai, j'ai utiliser du fondant. Blanc, nature. Vous trouverez le fondant au rayon aide à la pâtisserie du supermarché, sur Internet ou en magasin spécialisé. Je prends le mien chez Zodio ou sur le net (moins cher) en pot de 1kg. Mais vous pouvez aussi le faire vous-même (demandez à Google de vous trouver une recette, il en connaît). Quand mon fondant est ramolli (à 35°C au bain-marie), il suffit d'y incorporer quelques cuillères à café de cacao en poudre). Ensuite, il n'y a plus qu'à tremper les éclairs et d'essuyer (au doigt) le surplus des bords.

    Là, c'est la recette de base. Rien ne vous empêche de l'adapter pour des éclairs au café, à la vanille et même fourrés à la crème caramel beurre salé. Rien ne vous empêche non plus de faire des bouchées rondes plutôt que longues. Voire même d'ajouter un peu de craquelin. Ou des décos sur le glaçage. Eclats de noisettes ou confettis de chocolat, par exemple.

    IMG_20160413_112512.jpg
    Mes 1ers éclairs, format mini avec juste un nappage de chocolat fondu, histoire de tester sans prendre trop de risques.

    IMG_20160522_095821.jpg
    2nd essai. Ah, voilà qui est mieux. Pas parfait (j'ai des progrès à faire niveau glaçage) mais appétissant. Et délicieux, pour ne rien gâcher.

    IMG_20160522_155102.jpg
    Format mini avec un poil moins de cacao dans le glaçage et quelques confettis de couleurs pour égayer la chose. Ceux-ci sont venus avec moi au travail, en fait. Et ont été très appréciés.

  • Puy de Corent

    Pin it!

    IMGP0900.JPG

    Puy de Corent, j'en avais vu de nombreuses images sur Instagram (notamment sur ce compte) et ça me paraissait sympa, parfait pour une petite balade du dimanche mais sans plus, à dire vrai. Et puis, en feuilletant mes guides de rando, je suis tombée sur le descriptif : 6 km en mode facile avec un peu d'altitude pour avoir une belle vue dégagée, la traversée d'un petit bourg et un Oppidum à découvrir... Et je me suis dit "et pourquoi pas, après tout". J'ai chaussé les baskets, mis un pull dans le sac à dos et je suis partie.

    Le point de départ est easy à trouver, le parking se situe sur la place à l'entrée du bourg de Corent. Après, il suffit de suivre le balisage. Bleu. On monte un peu dans les maisons ("wahou, les maisons !"). On passe dans un chemin herbeux (non tondu, j'en avais parfois jusqu'aux genoux) (et le 1er qui dit "en même temps, tes genoux ne sont pas très hauts" sera maudit sur 33 générations). On découvre le joli bourg de Soulasse (et on se dit "oh, c'est trop joli, je veux vivre ici !". Et on monte dans le sous-bois. A l'ombre et au frais. Ca doit être super agréable par grosse chaleur. A la sortie du bois, la petite ascension commence. Dans les cailloux. Pas super stable mais pas dangereux non plus. Et pas impraticable, surtout. Mais alors, quel vent quand on arrive au "sommet" ! Un bon vent frais. Limite froid, en fait. Je me serai bien installée assise dans l'herbe un moment mais, vraiment, j'ai eu peur de choper la mort à rester en plein courant d'air. Mais la vue. Quelle vue ! Sur le Puy de Dôme et la Chaîne des Puys, les Monts du Sancy. A certains moments, on peut même voir la Vierge de Veyre-Monton et le Plateau de Gergovie.  C'est exactement le genre de vue que je cherche dans une balade. La vue et l'air. Prendre de grandes inspirations face à mes volcans (oui, ce sont MES volcans) et laisser les soucis et les tracas du quotidien en bas. Oui, les allergies sont montées aussi mais on ne peut pas tout avoir, hein. Direction ensuite le Sanctuaire de l'Oppidum de Corent pour en apprendre un peu plus sur les lieux et son histoire. On regarde les vestiges reconstruits, on essaye de se projeter (maintenant, je peux même dire que je suis montée sur la scène d'un théâtre romain, ouais), on passe dans les ruines et on admire la vue. Encore. Sur le Val d'Allier, cette fois. Et même le joli village de Montpeyroux. Un jour, je vous y emmènerai. Et puis, déjà, c'est la descente vers Corent. Par un chemin escarpé et étroit qui descend raide. Avec mon problème de genou, j'ai eu peur de me casser la figure à une ou deux reprises mais ce n'est pas long (et je ne suis pas tombée, la précision est importante). On traverse le village de Corent et c'est le retour au parking.

    IMGP0918.JPG
    Quand je vous dis que ce doit être agréable quand il fait chaud...

    IMGP0921.JPG

    DSC_0010.JPG
    Vue sur l'église de Soulasse, le Puy de Dôme au fond et le point blanc à droite du clocher, c'est la Vierge de Veyre-Monton...

    14.58.JPG
    On commence à être à découvert et à sentir le vent...

    DSC_0017.JPG
    Mais la vue est toujours aussi chouette...

    15.15.JPG

    15.24.JPG

    DSC_0018.JPG

    15.29.JPG

    15.35.JPG

    15.40.JPG

    15.43.JPG
    Nous voilà en haut, sur le plateau où le vent souffle bien bien...

    15.44.JPG

    15.49.JPG
    Je crois que je ne m'en lasserai jamais de le voir...

    15.51.JPG
    Le sommet de Puy de Corent...

    15.53.JPG

    15.54.JPG
    Visite du Sanctuaire de l'Oppidum...

    15.55.JPG

    16.01.JPG

    16.04.JPG

    16.04.2.JPG

    16.06.JPG

    16.08.JPG
    Petits travaux à prévoir...

    16.16.JPG
    Vue sur le Val d'Allier...

    16.26.JPG

    16.27.JPG

    16.28.JPG

    16.36.JPG

    16.37.JPG

    En résumé, une balade accessible et agréable mais, attention au vent ! A refaire un jour de grand beau pour admirer sans se geler les miches. Et, comme d'hab, plus d'infos sur Planète Puy-de-Dôme. Ou sur le site Auvergne Tourisme. Notez que des visites du site archéologique sont possibles, voir ICI pour plus d'infos. The Magic Orange Plastic Bird a fait la balade aussi, à une autre saison, son compte-rendu est ICI.

    IMGP1005.JPG
    Normalement, si vous cliquez sur l'image, vous devriez la voir en plus grand... Si vous avez envie de lire, hein...

  • Blouse Stockholm (Atelier Scammit) #3 et #4

    Pin it!

    Quand on aime, on ne compte pas... N'est-ce pas ?

    Après la Stockholm noire (ICI) et après la Stockholm verte légèrement modifiée (ICI), voici les 2 dernières Stockholm sorties de mon atelier... Modifiées, elles aussi.

    Dans des mélanges polyester/coton à 8.90 euros le mètre (1m suffit pour faire un top) aux motifs pyjama/chemise de nuit de l'hôpital, ces versions sont plus "cool" que les précédentes. J'ai élargi légèrement le corps pour avoir un effet lose et raccourci les manches (j'ai bon espoir de les porter sans gilet) (brrrrrrrr). Un peu de biais pour les finitions du col, des ourlets simples aux bas (manches et corps), quelques cheveux arrachés plus tard (grrrrrrr, je n'aime toujours pas le biais) et me voilà avec 2 tee-shirt sooooooo confortables. Doux, légers, aériens, souples... Je les adore. Ils vont avec tout, ils sont plus sympas que les tee-shirt à 10 euros du commerce et ils me permettent de frimer un peu. Rapport au "merci, c'est moi qui l'ai fait" quand on me dit que j'ai un chouette top.

    IMG_20160517_130212.jpg

    IMG_20160517_100923.jpg

    A bientôt ! Pour un billet balade (Puy de Corent) ou pour un billet couture (Aime comme minute). A moins que je vous parle de Captain America...

  • La Morille, Ravel

    Pin it!

    Mon guide de rando disait "Vue sur les Monts du Forez", "Vue sur la Chaîne des Puys", "Vue sur les Buttes de Billom" ou "Vue le Massif du Sancy"... Au départ du Château de Ravel, cette balade avait tout pour me tenter. Et me plaire. Mais...

    C'est une balade sympathique. 6 km de terrain plat ou presque. Essentiellement en sous-bois. Oui, c'est très agréable. Au frais, à l'ombre, sans difficulté particulière... Mais si vue il y a, il ne faut pas s'attendre à de grandes vues panoramiques. Des vues méga dégagées comme on peut avoir du sommet du Puy de Dôme, de la Roche de Sauterre ou du Plateau de Gergovie, par exemple. Et, là, franchement, j'ai été déçue. Parce que, moi, je veux du "Wahou !" les yeux grands ouverts. Ici, oui, on voit. Mais on voit entre des arbres, par-dessus des haies... Il n'y a aucun endroit où faire une pause pour admirer, savourer. Quel dommage ! Pour avoir une vue à 180 degrés, il faut entrer dans le parc du château, à l'arrivée. Si tu y vas un jour de fermeture, bah, tant pis pour toi. Mais, le château est magnifique (lieu de tournage du film Les choristes, oui) (Vois sur ton chemin...)  (j'avoue, je n'ai jamais vu le film) et la vue du parc rattrape la déception.

    DSC_0011.JPG

    IMGP0869.JPG

    IMGP0871.JPG

    DSC_0014.JPG

    IMGP0877.JPG

    IMGP0880.JPG

    DSC_0018.JPG
    Vue sur la Chaîne des Puys... Vous voyez le PDD qui pointe au milieu ?

    IMGP0882.JPG

    IMGP0884.JPG

    IMGP0875.JPG
    Les Monts du Sancy sont encore un peu enneigés...

    DSC_0020.JPG
    Vue d'en bas, le Château de Ravel... Cette vue n'est pas sur le circuit, j'ai fait un petit crochet à l'arrivée par curiosité.

    DSC_0022.JPG

    DSC_0027.JPG

    DSC_0039.JPG

    DSC_0040.JPG

    DSC_0031.JPG

    DSC_0033.JPG

    IMGP0890.JPG

    DSC_0041.JPG
    Au revoir, Ravel. Je viendrai te visiter cet été...

    Détails de la balade : Planète Puy-de-Dôme

     

  • Le confortable (mlm Patrons)

    Pin it!

    Quand j'ai commencé à coudre, je ne faisais que des sacs, des pochettes et des petits accessoires de décoration. Je me suis mise ensuite à couture de vêtements. Des jupes, au début. Puis des hauts et même des vestes. Pour moi, uniquement. Il m'a fallut un moment pour apprendre à coudre pour les autres. Eternelle insatisfaite, je n'étais jamais convaincue par ce que je faisais. Et je ne le suis toujours pas, d'ailleurs. Mais les compliments et les encouragements ont fini par arriver. Ce qui m'a donné (un mini-peu) confiance en moi et en ce que je faisais. Aujourd'hui, j'ai moins peur (et honte) d'offrir ce que je couds. Aux copines, aux bébés cousin(e)s... Et à ma sœur, of course. Même si, elle aussi, elle coud un peu aussi. Bref.

    Lors d'une visite au magasin de tissus, j'ai craqué pour un joli Jersey épais qui se tient bien. Un peu rose, genre lie de vin délavé. Je ne sais pas si ça existe comme couleur, lie de vin délavé, mais c'est comme ça que je le vois. Rose mais pas trop. Parfait pour un sweat. Avec un biais plus foncé pour contraster. A la base, je voulais le faire pour moi mais j'ai foiré la coupe du tissu. Oups. Soeurette étant plus menue que moi, j'ai retaillé et cousu pour elle un sweat Le Confortable de mlm patrons. Par contre, le patron est vraiment prévu pour être porté large, hein. J'ai coupé en considérant que les marges de couture étaient comprises (elles ne le sont pas) et j'ai encore enlevé 4 cm (au total) sur les côtés pour ne pas que ça fasse sac. J'ai aussi ôté 5 cm au bout des manches. Alors, certes, Soeurette est un petit gabarit mais quand même...

    DSC_0002.JPG
    Sur le cintre, ça fait pyjama pas repassé. Je vous l'accorde. Mais, porté, ce n'est pas si moche. La photo du haut, c'était avant de raccourcir la longueur des manches. Et comme le sweat est un peu long, Soeurette le coince dans le pantalon pour cacher la couture du bas qui n'est pas très belle.

    DSC_0009 1.JPG

    DSC_0006.JPG
    Et parce que tout n'est pas raté sur ce vêtement, hop, deux petites photos pour vous montrer le dessous des bras, parce que ça tombe presque nickel (ce n'est pas toujours le cas, chez moi). Et le biais qui, ma foi, n'est pa trop mal posé. Et c'est rare que je sois contente de ma pose de biais, hein.

    DSC_0005.JPG

    Bon, alors ce n'est pas parfait mais, je crois que ce sweat, elle l'aime bien. Le tissu est doux et le vêtement est confortable. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est elle. A refaire, donc. Mais en apportant quelques modifications pour que ce soit portable.